Menu
Spot-Foot : un adjoint européen pour épauler le sélectionneur du Syli de Guinée

Spot-Foot : un adjoint européen pou…

Spot-Foot : un adjoin...

Kérouané : l'ONG JEDD au secours des enfants déscolarisés de la préfecture

Kérouané : l'ONG JEDD au secours de…

Kérouané : l'ONG JEDD...

Les Services du FMI et la Guinée concluent un accord au niveau des services

Les Services du FMI et la Guinée co…

Les Services du FMI e...

Prev Next
Suivez-Nous sur : www.agpguinee.com et www.agpguinee.org ***** AGP, c'est un réseau de 33 correspondants préfectoraux, 8 regionaux et 5 communaux pour vous fournir une information sûre et crédible ! AGP GUINEE, l'info au service de la Nation !
Kankan/ Fin des travaux de la 6ème Session du Comité de pilotage

Kankan/ Fin des trav…

Kankan/ Fin des travaux de la 6ème Session du...

Guinée-Culture/ Réhabilitation à Mandiana du site historique, Mandén-Séba de Niani vieux de 782 ans

Guinée-Culture/ Réha…

  Guinée-Culture/ Réhabilitation à Mandiana du si...

Politique-Guinée-Elections locales : bientôt une mission des  volontaires des NU auprès des démembrements de la CENI

Politique-Guinée-Ele…

Politique-Guinée-Elections locales : bientôt une...

Restitution des résu…

 Restitution des résultats d’analyse de la pauvret...

Education-Macenta : après cinq jours de la rentrée scolaire 2017-2018 le directeur préfectoral de l’Education fait un constat Featured

Education-Macenta : après cinq jours de la rentrée scolaire 2017-2018 le directeur préfectoral de l’Education fait un constat

Macenta, 21 sept (AGP)- Après cinq jours de supervision de la rentrée scolaire 2017-2018, le directeur préfectoral de l’Education de Macenta, Lancinè Karifamoriya Kaba dit avoir constaté sur le terrain, des difficultés, facteurs limitant pour une année scolaire réussie, rapporte le correspondant de l’AGP sur place.

Il a indiqué à cet effet, que ces difficultés se situent à trois niveaux, l’accès, la qualité et la gestion.

Au niveau de l’accès, le directeur préfectoral de l’Education de Macenta a constaté l’insuffisance des infrastructures dans la Commune Urbaine (CU) pour accueillir les enfants, la vétusté des infrastructures de certaines écoles, notamment l’Ecole primaire Bongo Camara, le Lycée-collège Amilcar Cabral, les dégâts causés par des tornades sur les infrastructures scolaires de Séngbédou et de la CU, la réticence d’un certain nombre de parents face aux recrutements de leurs enfants pour des raisons socioculturelles.

Au niveau de la qualité, Lancinè Karifamoriya Kaba a constaté le faible niveau de plusieurs enseignants en matière de pratiques professionnelles, l’insuffisance de formation des encadreurs des structures scolaires, la faible implication des parents dans l’encadrement des enfants, eu égard à leurs tenues et à leurs présentations physiques.

Concernant la gestion, il a noté l’exposition des élèves et enseignants aux risques d’accidents à cause du manque de clôture et de points d’eau dans les écoles bordant les grandes voies de circulation de véhicules, le mauvais état des kits de lavage des mains et la rupture des stocks d’intrants pour le renforcement du dispositif sanitaire pour la sécurisation des écoles contre les maladies à potentiel épidémique.

 

Le directeur préfectoral de l’Education de Macenta a également dénoncé les insuffisances dans la cogestion des écoles, la fin de contrat de vingt enseignants du Lycée-collège Kouankan. Une école appuyée par le Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR) à cause des élèves réfugiés ivoiriens évoluant dans cet établissement.

AGP/21/09/017          FFI/MKC/ST

back to top

Sections

Nouvelles Locales

Outils

A propos de nous

Suivez-nous